11 Décembre 2019

Réouverture du chantier de construction de la section archéologique du Terra Sancta Museum

de ELEONORA MUSICCO

Le lundi 25 novembre, le chantier du Terra Sancta Museum du couvent de la Flagellation, situé le long de la Via Dolorosa dans la veille ville de Jérusalem a été réouvert. La première partie du musée qui abrite les collections archéologiques du Studium Biblicum Franciscanum avait été inaugurée en 2018. Lors de la construction des espaces muséographiques, il s’est avéré nécessaire de consolider certaines parties de la structure du futur musée. Depuis l’ouverture des premières salles, l’étude et l’analyse des problèmes statiques et structurels n’ont pas cessé, et le temps de commencer les travaux est enfin arrivé.

Le musée sera aménagé au rez-de-chaussée du couvent de la Flagellation. Une première phase de travaux prévoit la consolidation des structures existantes avec des interventions visant à faire gagner de nouvelles propriétés au bâtiment telle qu’une résistance sismique. Pendant cette phase de travaux, les problèmes structurels des fondations, des corps des piliers supportant le plafond et des murs, seront résolus car ils seront renforcés avec des enduits spéciaux. Le plancher existant de l’étage supérieur sera également renforcé avec fibre de carbone, un matériau de pointe très fin et léger qui permet d’intégrer la résistance des poutres ainsi que des dalles sans en augmenter l’épaisseur et sans alourdir les structures. Dans le cas du Terra Sancta Museum, la fibre de carbone permettra de ne pas perdre l’espace utile pour la construction d’installations ou pour des aspects purement architecturaux et fonctionnels, sans affecter la luminosité de la pièce.

Pour ce chantier, des outils sophistiqués a été utilisée telle que la technologie du scanner laser qui nous a permis de reconstruire virtuellement, point par point et en détail, la zone du musée et de fournir des informations difficiles à obtenir autrement. L’étude au scanner a notamment permis de reconstruire l’ancienne citerne située sous la salle affectée par les travaux. Les piliers minces qui supportent le plafond ont leurs fondations directement dans la citerne. Il était donc nécessaire de comprendre si leur partie souterraine, à l’intérieur de la citerne, était alignée avec la partie supérieure comme cela s’est effectivement vérifié grâce à notre étude.

La deuxième phase des travaux consiste à construire de nouvelles structures pour le musée. L’intervention la plus importante sera la construction d’une mezzanine dans laquelle la dernière partie de l’exposition sera présentée. Le plancher sera construit à l’extérieur du site et assemblé sur place. Cela nécessitera une précision millimétrique dans la conception que la technologie du scanner laser permet d’obtenir.

Le projet architectural global du musée est conçu par l’atelier Tortelli e Frassoni Associati de Brescia, déjà directeur des travaux de la première partie du musée, réalisés grâce à la coordination et à la collecte de fonds gérés par ATS, Associazione pro Terra Sancta. Les travaux seront dirigés par le studio Schaffer & Ronen de Jérusalem en collaboration avec le studio italien R+Struct, sous la supervision du Bureau Technique de la Custodie dirigé par l’ingénieur Leonardo di Marco. L’entreprise qui a réalisé les travaux est Expressions Engineering, déjà active dans la rénovation de l’église Saint Jean à Ain Karem.

Le relevé au laser de la zone concernée par les travaux dans le monastère de Flagellation ©Bureau Technique Custodie de Terre Sainte

 

 

Il faudra six à sept mois pour achever la consolidation des nouvelles structures. Une fois ces phases terminées, les travaux de construction pourront commencer, pour lesquels six mois de travaux supplémentaires sont estimés.

Partager
email whatsapp telegram facebook twitter